Woodstock, Un savoureux mélange d’art et de débris

Image

Le quartier de Woodstock, fondé au XVIIIe, fait partie du City Bowl, centre historique de la ville du Cap.

Les oeuvres insolites qui cohabitent avec les résidents de Woodstock

Ce quartier était, dès le XIXe, l’endroit incontournable pour les citadins du Cap et profitait d’une situation avantageuse au bord de l’eau. Les Sud-africains s’y rendaient en train puisque la zone était desservie par la première ligne de chemin de fer d’Afrique du Sud, créée en 1862.

Durant l’Apartheid, soit de 1948 à 1991, Woodstock (qui a pris son nom en 1883) est resté un quartier mixte dans lequel toutes les classes et toutes les « races » se confondaient malgré la multiplication des Native Land act. Ces lois déterminaient les zones restreintes au sein desquelles la population noire avait le droit d’habiter (ces espaces ne constituaient que 13% des terres  sud – africaines).

A la fin du XXe siècle le quartier est réputé dangereux à cause de la criminalité ainsi qu’aux trafics qui y régnaient. Depuis quelques années les entreprises s’y implantent et une véritable politique de rénovation urbaine est en marche.

C’est dans ce contexte que j’ai découvert un quartier atypique, mélangeant les grandes bâtisses impersonnelles aux maisons colorées un peu délabrées.

Le plus impressionnant est sans doute le Woodstock Exchange. Cette structure gigantesque abrite des start – up à la créativité débordante, des boutiques aux trésors raffinés et faits sur place dans les ateliers ouverts aux passants ainsi que des restaurants aux mets exquis. Le Woodstock Exchange est une galerie d’art éclectique qui couvre parfois des expositions temporaires, comme celle de novembre qui affichait les plus jolies photos glanées sur Instagram.

Image

Le Woodstock Exchange vu de l’intérieur, ce temple de la créativité est un projet à part dans la ville du Cap

Une photo du célèbre Murad Osmann face à Mountain Table, site incontournable du Cap

Photo de Murad Osmann face à Mountain Table, site incontournable du Cap, durant une exposition éphémère

Image

Les petits délices à vendre, triomphalement exposés au Superette

Image

Le restaurant Superette, un cadre chaleureux pour les brunchs du dimanche matin, mais aussi pour les déjeuners du lundi, du mardi, du mercredi …

Une population de jeunes cadres dynamiques aux looks irréprochables s’y presse et fait vivre cette ruche bourdonnante d’idées qui façonneront la nouvelle image du Cap.

L'oeuvre de Bambi prend place dans une exposition rassemblant des artistes de street art autour de Banksy (34FINEART)

L’oeuvre de Bambi prend place dans une exposition rassemblant des artistes de street art autour de Banksy (34FINEART)

P1040209

Mr. Brainwash, Just Kidding

Cependant, Woodstock ne se réduit pas à ce temple de la création et les environs y sont tout aussi riches d’idées. Il faut s’aventurer dans les petites rues et y découvrir un savoureux mélange d’art et de débris. Le jeu dans ce quartier consiste à suivre les œuvres de street art disséminées dans les rues, à lever la tête et se laisser aller à l’évasion. Les créations aux auteurs inconnus dépeignent une réalité originale, colorée et naïve qui transcende la misère d’une partie délabrée de Woodstock.

Et c’est cela qui en fait tout le charme. Les badauds sont poussés à s’aventurer hors des sentiers battus et à découvrir que l’art, même soutenu par une façade en ruines et entouré de détritus, reste un voyage qui magnifie le quotidien.

P1040196

P1040229

P1040197

P1040198

The Bang Bang Club’s story

Par défaut

War witnesses

Image

This year South Africa will celebrate twenty years of democracy since Nelson Mandela’s election in 1994. However, the transition didn’t take place in one day. From 1991 to 1994 violence dominated the country. At the same time, there also was a raging war between the Inkhata Freedom Party (IFP) and the African National Congress (ANC).

Whilst, most of the media based their articles on police reports, there were a few journalists who had ‘first-hand’ experience of what was happening at the time. These journalists bravely protested and tried to awaken the world to the gruesome reality of the rivalry between these prominent political parties. This group of four young South African photojournalists became know as the ‘Bang Bang Club’

The four members, Kevin Carter, Greg Marinovich, Ken Oosterbroek and Joao Silva, went into the townships to denounce the violence that was a rife in those areas at the time. They are famous thanks to their bravery and the dangerous risks they took.

At first they were named by a local lifestyle magazine, ‘Living’ as  ‘the Bang Bang Paparazzi’. Joao Silva and Greg Marinovich were offended and persuaded the editor, Chris Maris, to change into ‘the Bang Bang Club’.

 

The print-ready artwork from the article entitled 'Bang Bang Paparazzi', for the South African magazine Living, picture by Joao Silva

The print-ready artwork from the article entitled ‘Bang Bang Paparazzi’, for the South African magazine Living, picture by Joao Silva

 

About the members

Kevin Carter was a war photographer like the others three. He is most well known for taking the picture showing the little starving child and the vulture in Sudan. Carter won a Pulitzer Prize for this one in 1994. The same year, he killed himself after suffering from years of emotional trauma.

Greg Marinovich worked for the New York Times while in South Africa, and spent eighteen years doing conflict documentaries around the world. He also won a Pulitzer Prize for spot news in 1991 for a series of pictures showing the brutally murdering against a man supposed to be a Zulu spy. Currently Marinovich is a photographer, film producer and freelance journalist.

Ken Oosterbroek was the chief photographer for ‘The Star’, a South African newspaper. He won a lot of prizes like the second World Press Photo prize in 1992 for General News stories. Oosterbroek take pictures in trains linking South Africa’s townships and central Johannesburg. These trains were violent places because of the people armed by knife or home-maid weapons. He was killed in 1994 during a clash between the ANC and a white militia group in a Johannesburg township.

Thokoza, Johannesburg, August 1990, Ken Oosterbroek

Thokoza, Johannesburg, August 1990, Ken Oosterbroek

Joao Silva started to take pictures in 1989 for a local South African paper and worked for ‘The Star’ in 1991. He is based in Johannesburg. In 2011 a landmine in Afghanistan seriously injured Silva when he worked for ‘The New York Times’. But after a reconstructive surgery he went back to work for ‘The New York Times’ and he is still a journalist.

'A young boy races past the world 'No Peace', shortly before South Africa's first non-racial élection in April 1994, Joao Silva

A young boy races past the world ‘No Peace’, shortly before South Africa’s first non-racial élection in April 1994, Joao Silva

Witnessing history first-hand

In 2000, Greg Marinovich and Joao Silva co-authored ‘The Bang Bang Club: Snapshots from a Hidden War’ a novel based on their experiences as a Bang Bang Club member, even if it was an informal group. As the story tells, they witnessed many brutal scenes. Indeed, Kevin Carter was the first photograph to see the first known public execution by necklacing. The woman, Maki Skosana had been accused of being a policeman’s girlfriend.

I was appalled at what they were doing. I was appalled at what I was doing. But then people started talking about those pictures; they created quite a stir. And then I felt that maybe my actions hadn’t been all bad. Being a witness to something this horrible wasn’t necessarily such a terrible thing to do.’ (Carter)

The necklancing consists to put a rubber tire and petrol in a person and setting on fire.

Her necklancing was the ritual, public execution of a person who had betrayed the community, a punishment reserved for those who collaborated with the state, traitors.’ (Marinovich)

All four were close to the action. And the two writers deal a lot about their feelings in the novel. They talk about a mix between voyeurism, guiltiness and the duty to inform.  In front of really dangerous situation the first thinking is how to get the right picture and how to survive according to Greg Marinovich.

Moreover Joao Silva explains that it’s a passion to ‘witness history first-hand’, to show the reality of a war zone. They know that they don’t change the world but he said that if they can change one mind, something has been done.

We don’t change the world with pictures but we try to inform the world.’ (Silva)

The polemic on Kevin Carter  

Image

The vulture and the child, Kevin Carter, Sudan, 1993

In April 1993, Kevin Carter was posted in Sudan to cover the civil war and the famine. He takes a picture to this little child and a vulture near to him. This picture won the Pulitzer Prize in 1994. However prior to that the photograph was heavily criticized because of the sensitive nature of the scene. Furthermore Kevin Carter was unable to defend himself when others journalists ask him what he did to help the child.

The picture was presented as ‘The little girl and the vulture’ but since 2011 a new point of view was emphasize. A Spanish photojournalist, Alberto Rojas, who works for ‘El Mundo’ tried to find the little girl several years after the polemic. Rojas went in Ayod, the city where the picture was taking. He also was friend with the journalist José Maria Luis Arenzana who where in the camp with Kevin Carter in 1993. In the picture the plastic wristband is a proof that a Non-Governmental Organization supported the little child. After few days, Alberto Rojas find dad’s baby and learn that it as a boy and no a girl. The man didn’t know about the picture’s success. The journalist also learns that the boy didn’t die for the famine but fourteen years after by malaria fever.

A lot of publications said that this polemic was Kevin Carter depression’s main point.

Rebecca Hearfield taking a picture of Kevin Carter. The photographer was born and educated in Scotland and moved to South Africa in 1980. She also was a photograph for ‘The Star’ based in Johannesburg like the Bang Bang Club’s members.

Rebecca Hearfield taking a picture of Kevin Carter. The photographer was born and educated in Scotland and moved to South Africa in 1980. She also was a photograph for ‘The Star’ based in Johannesburg like the Bang Bang Club’s members.

After the death of Ken Oosterbroek and Kevin Carter (1994)

Greg Marinovich and Joao Silva were posted around the world as war photojournalists. Joao Silva covered Georgia War, the siege of Sadr City in Bagdad and the ethnic violence in Kenya in 2008. He also was an embedded journalist, following the US army in Afghanistan and Iraq. Embedded journalists join the military camp to be in a war zone, they have a kind of protection when they are closed to military. After he lost his legs in a landmine in Afghanistan, Silva took time out to recover. Now he is a journalist for ‘The New York Time’. Unlike Greg Marinovich who quit the field after four injuries.

To be a lucky witness or a voyeuristic?  

The main question about war journalists is what to do? Is it a journalist role to help people or take pictures of people who need help? There is no answer, no good ethic according to the journalists. On the other hand, they bring people’s attention to a crucial problem.

When Marinovich took a picture of the alleged Zulu spy, Lindsay Tshabalala, he struggled with regret and the reason why he photographed this man’s murder.

The killing of Lindsay Tshabalala, Greg Marionovich, South Africa, Soweto, 1990

The fact I was winning prizes for shooting Thabalala’s gruesome death trouble me, but when I passed a huge newspaper billboard proclaiming ‘SA Lensman Wins Pulitzer’, I could not but feel a surge of pride.’ (Marinovich)

The Bang Bang Club was to denunciate the violence in South Africa during the transition between Apartheid and first democracy and risking their life for this work.

We were convinced that the only way to stop such killing was to show what those death looked like, what those daily body counts actually meant.’ (Marinovich)

In 2010, a movie called ‘The Bang Bang Club’ was released based on the Marinovich and Silva book honour Kevin Carter and Ken Oosterbroek memories.

Greg Marinovich and Joao Silva are the authors of ‘The Bang Bang Club, Snapshots from a Hidden War’, a novel based in their experience as a member of the informal journalist group. The book was publicised in 2000.

Greg Marinovich and Joao Silva are the authors of ‘The Bang Bang Club, Snapshots from a Hidden War’, a novel based in their experience as a member of the informal journalist group. The book was publicised in 2000.

In 2011, a South African journalist Anton Hammerl was killed while covering Libyan civil war.

Even if the limit between journalism and voyeurism is not specifying, journalists are able to die for the information and change some mind.

La Syrie & la conférence Genève II

Par défaut

Il y a de ces conflits qui restent en suspend. Parfois les médias en parlent, de manière ostentatoire puis, plus rien. Alors ça reste en toile de fond mais l’intérêt n’est plus le même et l’on vient à en oublier les enjeux.

La Syrie

Hier la Coalition Nationale Syrienne (CNS, parti formé par des opposants au gouvernement de Bachar Al Assad) a indiqué qu’elle se rendrait à la conférence de Genève II. Cette conférence doit enclencher une transition démocratique autour des deux partis en opposition. Si la participation de la coalition n’était pas assurée, c’est une invitation de Ban Ki-moon (le secrétaire général des Nations Unies) faite à l’Iran qui a déclenché les foudres des capitales européennes et de la Coalition. Suspecté de fournir un soutien militaire et financier au régime, les opposants de Bachar Al-Assad ont décidé de boycotter la conférence si l’Iran s’y rendait. Ban Ki-moon ayant retiré son invitation, le rendez-vous reste fixé aujourd’hui en Suisse.

Au delà de cette agitation, un rapport accablant a été publié. Sur le témoignage d’un geôlier repenti, les actes de tortures opérés par le régime ont été recensés (http://fr.scribd.com/doc/200984823/Syria-Report-Execution-Tort).

Rappel

  • Le conflit a débuté en mars 2011
  • La première conférence s’est déroulée en juin 2012.
  • La conférence Genève II est à l’initiative des Etats-Unis (soutien de l’opposition) et de la Russie (allié du régime).
Bachar Al-Assad lors d'une interview donnée à la chaîne américaine Fox News à Damas le 18 septembre 2013. REUTERS/SANA

Bachar Al-Assad lors d’une interview donnée à la chaîne américaine Fox News à Damas le 18 septembre 2013. REUTERS/SANA

Plus frais & plus pédagogue quelques petites informations glanées au fil de mes fiches de culture G …

Par défaut

Saviez vous que…

Le grand chelem correspond à quatre grands tournois, l’Open d’Australie qui ouvre le bal la première semaine de janvier. La surface est différente à chaque tournoi, en Australie il s’agit de dur & plus particulièrement de plexicuschion (google it, ça vaut le détour). Le deuxième tournoi est en France et a pour nom très prétentieux « Internationaux de France de tennis ». Plus simplement Roland Garros a la particularité d’avoir une surface en terre battue et se déroule en mai. Vient ensuite Wimbledon, à Londres. Puisqu’il faut varier, la surface y est cette fois en gazon. Et enfin, l’US Open à New York clôt le grand chelem. Il se déroule la dernière semaine d’aout sur une surface faite de Decortuf (http://fr.wikipedia.org/wiki/Decoturf).

La Quasimodo vient de mots latins tels que « quasi-modo », mots par lesquels la messe du dimanche d’après Pâques commence. Le personnage de Victor Hugo est recueilli ce jour là.

Que l’opération « Fortitude », conduite par les Alliés en vue du Débarquement consistait à mettre en avant de faux préparatifs afin de faire croire à un débarquement des Alliés dans le Pas-de-Calais (1943/1944).

Que Blaise Pascal est l’inventeur de la première machine à calculer.

Que l’expression « le primat des Gaules » correspond à l’archevêque de Lyon & « rue de Grenelle » au Ministère de l’Education nationale.

Qu’à Paris, la rue du Temple était le bastion des Templiers.

Mais savez vous à quoi correspond l’hôtel de Brienne ? La place Beauvau ? Pourquoi a-t-on parlé du Premier Ministre australien ce weekend ? Un synonyme de suranné ? Et enfin, qui est Michel Djotodia ?

ImageBonne semaine les amis !

RSF reprend du service, après moult voyages

Par défaut

Le point Culture G. 1.

En pleine préparation aux concours de journalisme, je me dois d’être droguée à l’actualité. Ce genre de révision enivre à tel point que, généreuse, je partage (voyez par exemple, cette rupture dans la structure de ma phrase, placée entre deux virgules, & bien cela s’appelle une anacoluthe).

Je mets d’emblée les pieds dans le plat en citant le rédacteur en chef de L’Express (Christophe Barbier, reconnu pour son écharpe rouge, visible sur I télé) à propos de l’affaire Dieudonnée « Quand un comique dit une horreur, il faut être certain qu’il ne la pense pas pour en rire : c’est ce décalage qui crée l’hilarité ». En espérant vous avoir refilé un argument choc pour les prochaines discussions animées entre amis.

Et pendant que les français se disputent à ce propos …

La Russie fait face à des attentats à moins d’un mois des Jeux Olympiques d’hiver & la question de l’IVG fait sortir les antis dans la rue.

Les 29 et 30 décembre 2013, dans la ville de Valgograd, deux attentats-suicides ont eu lieu. Au sein du futur pays hôte des 22e Jeux Olympiques d’hiver (par ailleurs les plus chers de l’histoire, 36 milliards d’euros), la Russie. Dans un article de Courrier International, « Sotchi, Poutine face aux terroristes », on apprend que ces attentats seraient revendiqués par les milieux salafistes du Caucase du Nord. Ces derniers prônent la création d’un califat de Russie (Etat théocratique sur le territoire eurasiatique).

Image

Capture d’écran du site huffingtonpost.fr, vidéo de l’explosion de la gare centrale de Volgograd (Russie)

Passons à un autre sujet tout aussi délicat. Je vous avoue que c’est plus la manière médiatique de le traiter (très, très modérément) qui me pousse à vous en dire quelques mots. Pour me faire comprendre, il y a une semaine nous avons tous entendu parlé du flash mob « dans le métro sans pantalon » absurde, photos à l’appui, alors qu’une manifestation qui ne présage rien de bon au sein de la population française n’a été que très peu relayée.

Image

AFP/Pierre Andrieu

Hier, plusieurs milliers de personnes sont sorties dans la rue, grimées de rouge et de jaune. Aux couleurs de l’Espagne, dont le chef du gouvernement Mariano Rajoy a présenté une loi le 20 décembre dernier restreignant l’avortement aux seuls cas de viol et de mise en danger physique et psychique de la femme, les antis-IVG français sont venus s’opposer à un projet de loi discuté aujourd’hui. En effet ce lundi les députés se sont penchés sur l’idée de supprimer la condition de « situation de détresse » pour avoir recours à l’IVG.

Le point de non/mon retour

Par défaut

P1040641

P1040640

Du vin rouge pour clore le premier tasting, à 10h.

P1040673

Ce monument a été érigé afin de rendre hommage aux nombreuses langues de la culture sud africaine. Le pic représente l’Afrikaans et son importante popularité.

Le temps en s’égrainant enivre la petite française partie pour trois mois en Afrique du Sud. En filant aussi vite il confère un côté extraordinaire, merveilleux à chaque instant. Fait scintiller, briller chaque minuscule petite seconde.

Le temps emporte avec lui les paysages sublimes traversés dans un van, entourée de dix copains, musiques nostalgiques, entrainantes, tristes se succédant. Au rythme des montagnes aux noms créatifs l’on se perd volontiers dans cette vie rêvée.

L’on se laisse enivrer par les vins délicats provenant des vignobles, surpris d’entendre un odieux personnage dénigrer notre champagne au profit du sien (qu’il ne peut pas appeler Champagne puisqu’il n’est pas fait en Champagne), rire un peu, beaucoup, trop à mesure que les verres se vident. Chercher au milieu des vignes ordonnées un renard qui se serait perdu par mégarde. Et attendre le lendemain avec impatience Hermanus.

P1040679

Stellenbosch, une petite ville à l’architecture coloniale (& un bar nommé « Die Mystic Boer », moi je trouve ça étrange mais il semblerait que je sois la seule)

P1040680

Reprendre la route, avec en tête ‘The Rumour Said Fire’ grâce à Sille, l’impatience enfantine de voir au bout du chemin le plus gros des poissons. Penser à rien, à tout, et croiser des champs, des vallées, des paysages ressemblant au Canada, au Sud de la France, au paysage dans Pocahontas, croiser des zèbres éclipsant les autres animaux aux alentours. Et arriver à Hermanus.

Tomber amoureuse, littéralement.

P1040714

P1040715

P1040721

En haut des rochers apprendre la patience. Cligner des yeux, balayer lentement du regard l’océan à perte de vue et la voir. Voir une baleine pour la première fois de sa vie. Bien que capricieuse et paresseuse parvenir à la surprendre sauter hors de l’eau. Puis se mettre à sa recherche sur un kayak au milieu des eaux, des eaux si profondes que l’on pourrait y construire un building. Etre au milieu de nulle part, au dessus d’un monde aquatique et mystérieux & voir un phoque s’amuser près de nous. Et ne plus voir la capricieuse.

P1040730

P1040738

Rentrer à contre cœur, sentir tout son corps se contracter quand la silhouette de la ville se laisse entrapercevoir, tenter de freiner des talons en vain, être inapte à ralentir le mouvement et rouler vers mes quatre dernières semaines.

Idées éparses

Par défaut

Les yeux se ferment tous seuls mais dans un dernier effort je vous écris.

Je pense à vous tous qui remettez péniblement votre manteau & y ajoutez un à un les éléments phares d’un automne réussi. Viennent insidieusement les gros pulls sous les petites vestes, l’écharpe fait son entrée puis les gants se joignent à la tenue idéale…

C’est amusant parce qu’ici c’est tout à fait différent. Je viens de quitter l’écharpe. Tout doucement je l’ai d’abord porté à la main puis elle s’est rangée dans mon sac durant de longues journées. Aujourd’hui elle est sagement pendue dans ma chambre, tristement négligée. J’ai aussi sorti les sandales, la salopette et peut être que bientôt je pourrai me parer de mon bikini. Mais en attendant les belles journées passées à la plage, on en voit du pays !

Le concert de Rihanna est enfin passé. Sille & moi trépignons d’impatience.

Si vous saviez … Le stadium est gigantesque. Infiniment grand, surtout pour une minuscule personne comme moi. Et les gens grouillaient de partout. La lune a pointé le bout de son nez juste avant la pop star, elle a fait son petit effet avec ce toit ouvert sur les étoiles. Et puis Rihanna est arrivée. Je ne me souviens de rien, juste le temps de commencer à crier que le spectacle était terminé. Je crois que j’étais dans un état d’hystérie second, ainsi tout s’explique. J’avoue que c’était chouette quand même.

P1040434

P1040452

Dans le même quartier, Sea Point, nous avons fait la Color Run. Cinq kilomètres à se faire agresser par des individus munis de poudre colorée. La Color Run c’est un peu un dérivé du festival qui se déroule en Inde. Celui que la pub Canon met en exergue pour un appareil photo au prix exorbitant alors que, croyez moi ou non, ce type d’appareil de subit pas ce traitement impunément. Le but est de courir sur 5 kilomètres, mais autant vous dire que nous avons marché et pris des photos. OUI MAIS pour notre défense tout le monde marchait & l’on ne pouvait pas courir dans de telles conditions. C’était tout de même très réjouissant comme événement. Et enfin, lorsque 1 000 personnes lancent leur poudre ensemble c’est tout bonnement magique.

Faites un tour sur le site internet si vous avez le temps (ce dont je ne doute guère puisque vous venez de passer trente minutes à lire mes bêtises, oui parce que vous lisez lentement).

P1040486

P1040488

P1040489

P1040495

Sille & moi à la fin des 5K, on n’a pas l’air fatiguées… C’est normal la « course » c’était un truc d’escroc!

Il y a aussi ce club hors du temps où le twist est roi (ainsi que le hipster à la chemise bariolée de coqs). Je suis convaincue que les padres auraient enflammés le dancefloor avec leurs pas de rock endiablés et botté les fesses de ces petits jeunes prétentieux. Ceci dit, vous auriez eu honte de moi. J’ai tout de même tenté quelques figures passe-partout avant de prendre l’air autour d’une cigarette. Et puis Sille m’a dit qu’il ne restait plus que trois semaines avant que nos invités n’arrivent de nos pays respectifs… et j’ai pleuré comme un crocodile.  Mais en fait elle s’était trompée, plus que quatre semaines. QUATRE SEMAINES ET DIX JOURS, C’EST COMME SI JE RENTRAIS DEMAIN. Je ne peux pas rentrer maintenant, je suis trop jeune encore !

Il y a les instants futiles mais enivrants puis viennent les instants plus bouleversants.

L’association nous a permis de faire un tour dans un quartier informel, un township. Et là, des relents amers d’images d’Expositions Coloniales nous assaillent. La première impression c’est de faire partie d’un groupe de jeunes européens suffisamment riches pour être en Afrique du Sud et présents pour contempler la misère humaine. Sentiment de dégout envers soi qui persiste, qui s’accroche qui ne nous lâche pas un instant. Et nous déambulons parmi ces gens comme l’on se baladerait dans un zoo à la recherche de l’animal le plus bizarre, le plus émouvant afin de prendre des photos. Partagée entre l’envie d’immortaliser ce moment et les pseudos valeurs qui se bousculaient dans mon esprit j’ai préféré baisser la tête et attendre la fin de cette marche bien plus que  dérangeante.

Ce n’est qu’un prétexte pour atténuer la chose mais notre « township tour » n’était pas payant. Il était dispensé par un membre de l’association travaillant dans un centre communautaire pour l’éducation des jeunes au sein de ce même township. Mais je ne cesse de penser à ces « township tour » que mettent en avant toutes les agences de voyages au Cap. Ne me dites pas que l’argent des touristes revient aux habitants, c’est absurde. Comment peut on faire commerce sur la misère des gens (question rhétorique, je n’ai plus quatre ans).  Imaginez le tour des bidonvilles d’Ile de France comme attraction touristique.

 Je ne veux pas faire de morale ni avoir le rôle de la bien pensante mais croyez moi, se rendre là-bas en tant que touriste était honteux.

 C’est ainsi que je vous laisse, peut être aussi amères que moi, peut être outrés par ma naïveté, peut être agacés par la pseudo morale d’une fille de vingt-deux ans allant à un concert de Rihanna et découvrant la vraie pauvreté mais enfin, le but étant de partager chaque pas effectué en Afrique du Sud, je me suis permise.

 Belle semaine les amis & à très vite.

P1040401

Ah oui & j’ai aussi grimpé la Table Mountain à pieds les copains !

P1040402

Le stadium vu d’en haut

P1040379

Et j’ai même assisté à un sauvetage avec HELICOPTERE !