Le voyage

Par défaut

Mes chers petits amis,

Me voici arrivée au Cap.

Après seize heures de vol, un arrêt de deux heures à Dubaï devant un palmier en or, entourée de voitures plus flamboyantes les unes que les autres, après avoir passé six heures installée à la meilleure place de l’avion (oui, il m’a débloqué le 81 A), après avoir croisé un Burger King sans pouvoir m’arrêter (j’étais sur le même tapis roulant qu’à Chatelet mais à Dubaï), après avoir croisé un Paul sans pouvoir m’arrêter (oui la prochaine fois je passerai du Terminal A au Terminal C à pieds, cela m’apprendra), après avoir croisé un SPA, une moto Jack Daniel’s (et tout ça dans le même lieu), des arbres, des fougères, une fontaine … Me voici arrivée.

Je récupère mes valises, accompagnée d’un suisse rencontré dans l’avion. Il nous a fallut deux heures de balbutiements en anglais pour comprendre que tous deux nous parlions beaucoup mieux français qu’anglais. Enfin … j’ai pu commencer à improve my English.

Il faut que je vous dise, Emirates Airline c’est le pied. On a un écran TACTILE, un petit casque un peu fragile, un plaid fin, très fin, très très fin sur lequel est brodé Emirates Airline, on a aussi un oreiller que l’on peut voler car c’est la seule chose qu’ils ne récupèrent pas à la fin, mais j’en avais déjà un dans ma valise, je me suis dit que ça faisait trop. Il y a des hôtesses qui parlent de « date » & de « boyfriend drunk » juste en face de vous (uniquement si vous êtes sur le siège 81 A, parce que sinon, il y a du monde devant vous et vous ne pouvez pas entendre les conversations). Ah oui, pourquoi écouter les hôtesses de l’air s’il y a l’écran tactile & le casque un peu fragile ? Tout simplement parce que l’écran tactile ne fonctionnait pas et que vous me connaissez … je n’ai pas osé déranger leur discussion. Donc pendant deux heures j’ai cherché à toucher leur cœur avec mon regard plein de tristesse. Finalement, l’Australienne à côté de moi a bien voulu m’aider et les a copieusement enguirlandé. Bien fait, bougres.

Après un bref aparté sur Emirates, commençons les choses sérieuses. Je quitte le suisse qui retrouve un compatriote et je cherche Denver mon driver.

Trouvé !

Une autre volontaire est là, Denver me dit qu’elle vient de Suisse, chouette elle parle français. En fait non, elle vient du mauvais côté de la suisse & speaks deutsh. Une troisième volontaire nous rejoint & c’est parti.

Les sud africains conduisent à gauche, les townships sont gigantesques et très proches des aéroports, les gens ont des manteaux & le soleil se couche tout doucement. Alors, j’ai fait comme lui & je me suis couchée.

Et la prochaine fois je vous raconte des choses intéressantes, promis !

Image

Publicités

4 réflexions sur “Le voyage

  1. marchal

    C’est génial, on peut facilement voir les images à traver test descriptions. C’est joyeux et vivant. Bravo pour cette entrée en matière,
    Mai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s