En dehors de mes préjugés

Par défaut

Image

Puisque effectivement je pensais qu’en partant en Afrique du Sud il ferait chaud, je ne me doutais pas que j’allais passer mes journées à vérifier si mes orteils étaient encore là.

En partant là-bas je pensais aussi que je serai dans un endroit au milieu de nulle part, perdue, sans eau ni électricité, alors qu’il y a trois télévisions dans ma maison, deux salles de bain et une cuisine américaine (et du beurre de cacahouètes).

Je ne me doutais pas que le Cap était un endroit plutôt hype avec d’énormes tentes & des tas de petits stands faisant lapromotion de mets étrangers (deux pâtisseries françaises et une crêperie, quel dépaysement !), le lien pour que vous vous rendiez mieux compte du paradis que c’est ici http://www.theoldbiscuitmill.co.za .

En partant dans le sud du continent africain je ne pensais pas monter dans un taxi avec une télévision. Et si on m’avait dit que je ferai la nuba en jupe – basket, au dernier étage d’un hôtel entourée de talons hauts, de robes trop moulantes, de jeunes filles & de vieux hommes je ne l’aurai jamais imaginé.

En y pensant, je n’aurai jamais imaginé non plus rencontrer au Cap deux rwandais, des congolais, un videur sénégalais, une suisse, des suédoises, une canadienne francophone, des italiens, des norvégiennes, un sorbonnard … 

Mais il faut aussi savoir qu’en partant à Robben Island je n’aurais jamais pensé faire le tour de l’île en deux heures, assise dans un bus, à m’endormir à cause de la voix monotone du guide, à rester ensuite assise deux nouvelles heures sur un banc à tenter de rester éveillée, de comprendre le monde qui m’entoure … en vain.

Mais surtout, je pensais que je serais malade les premiers jours, parce qu’entre nous j’avais ramené de quoi assurer en cas de « tourista », j’ai tout l’attirail contre les méchants moustiques porteurs du paludisme, j’ai des tas de pansements si jamais mes super Nike m’abiment les pieds, j’ai aussi du baume à lèvre, des pilules en cas d’allergie au soleil mais … j’ai un rhume et la seule chose qu’il me faudrait c’est du Doliprane et des pastilles pour la gorge, tout bêtement. Inutile de préciser que je n’ai ni Doliprane ni pastilles pour la gorge. Pour l’efficacité, on repassera.

A propos, je ne pensais pas qu’il y avait de meilleur endroit que le Café Oz sur terre et puis je suis allée à Long Street. La – bas il y a des choses qui ressemblent à …

Ikea, la Beer House a l’odeur des meubles Billi et ressemble à un showroom mais croyez moi, il semblerait qu’ils aient toutes les bières (pas du monde hein) mais presque.

L’appartement de ton ami, le Zula Bar ressemble à un salon avec deux grands canapés, du parquet, un gros fauteuil et une poupée gonflable, oui.

Rien, on a découvert le Timbuktu caffe il était fabuleux. Imaginez les rues de Buenos Aires (je n’y suis jamais allée, piochons juste dans l’imaginaire collectif) & une musique de jazz à tue-tête, ensuite imaginez vous des paliers colorés & remplis d’étagères. Sur ces étagères il y avait tant de statues qu’on ne pouvait en voir la couleur. Je vous avoue que je n’ai pas osé prendre de photo de ces dernières de peur du mauvais sort. Je sais c’est absurde mais j’aimerai bien vous y voir !  On ne sait jamais.

Sinon …

En ce qui concerne les choses plus sérieuses j’ai un article à faire pour le Cape Chameleon. On a tous choisi un sujet & notre objectif est d’avoir le plus d’interview possible. C’est vraiment très varié, certains vont parler de l’identité sud africaine (je vous avoue ne pas avoir trop compris en détail le pourquoi du comment), d’autres de manifestations culturelles visant les jeunes contre la violence & la pauvreté & je ne me souviens plus du reste. Nous sommes cinq dans notre bureau & si vous le souhaitez vraiment, je demanderai pour vous les sujets de tout le monde.

En ce qui concerne MON sujet, je pense que c’est de loin le meilleur (no offense). Je souhaite parler du Bang Bang Club. Un groupe de quatre jeunes journalistes qui exerçaient au sein des townships durant l’Apartheid, avouez que cela a de la gueule ! De plus … La manager m’a dit qu’elle connaissait quelqu’un qui a surement exercé en même temps qu’eux. J’ai hâte de mettre tout ça en route !

Voilà les nouvelles du front pour le moment, je pense à vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s