Un peu comme les histoires d’amour

Par défaut

Je crois qu’au cours de nos voyages on agit un peu comme lorsque l’on rencontre un nouvel amoureux. On est empreint de notre pays comme on peut l’être d’une histoire d’amour. Alors, malgré nous, on ne cesse de comparer.

Je me rends compte que jusqu’à présent je n’ai fait que chercher les différences entre le Cap et la France, comme l’on chercherait les différences entre une ancienne et une nouvelle histoire et ce, tout en essayant d’y retrouver ce dont on est habitué.

Et sans vouloir faire de philosophie à deux francs six sous, on est aussi effrayé et impatient dans l’avion qu’au début d’une relation. Ainsi, je pense que lorsque je quitterai cet endroit, je serai triste et nostalgique, comme au moment d’une rupture.

Enfin, vous me suivez.

Pour le moment j’apprends. J’écoute à défaut de pouvoir réellement m’exprimer. Et c’est plutôt bon pour une pipelette comme moi, l’Afrique du Sud a su me faire taire.

Il y a tant de chose à saisir. Les histoires de chacun autours d’une cigarette, les petites habitudes à prendre (comme regarder à droite avant de traverser, ou à gauche… enfin du côté dont on est pas habitué en France) & les mots afrikaans appris à la volée entre autres.

Je veux connaître Cape Town par cœur. Ensuite j’en serai amoureuse et lorsque je m’y serai habituée, l’on pourra se séparer.

En attendant je me trompe de rue pour rentrer, je me plains tout au long de la journée parce qu’il fait froid, je me comporte comme une hystérique lorsque quelqu’un parle Xhosa (ils font des bruits extra avec leur bouche, un peu comme le petit garçon sauvage dans Jumanji, pardon pour la comparaison mais je suis certaine que les créateurs se sont inspirés de cette langue), je regarde du mauvais côté de la route (je vais probablement mourir écrasée) et je cherche à parler français (et lorsque je rencontre quelqu’un que je ne parviens pas à comprendre, je dis que c’est à cause du système éducatif en France et non que je suis trop paresseuse pour vraiment me mettre à l’anglais).

Image

Et parfois, même lorsque tout va bien, c’est agréable de savoir qu’on a un vieux doudou qui pue.

Publicités

Une réflexion sur “Un peu comme les histoires d’amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s