La Syrie & la conférence Genève II

Par défaut

Il y a de ces conflits qui restent en suspend. Parfois les médias en parlent, de manière ostentatoire puis, plus rien. Alors ça reste en toile de fond mais l’intérêt n’est plus le même et l’on vient à en oublier les enjeux.

La Syrie

Hier la Coalition Nationale Syrienne (CNS, parti formé par des opposants au gouvernement de Bachar Al Assad) a indiqué qu’elle se rendrait à la conférence de Genève II. Cette conférence doit enclencher une transition démocratique autour des deux partis en opposition. Si la participation de la coalition n’était pas assurée, c’est une invitation de Ban Ki-moon (le secrétaire général des Nations Unies) faite à l’Iran qui a déclenché les foudres des capitales européennes et de la Coalition. Suspecté de fournir un soutien militaire et financier au régime, les opposants de Bachar Al-Assad ont décidé de boycotter la conférence si l’Iran s’y rendait. Ban Ki-moon ayant retiré son invitation, le rendez-vous reste fixé aujourd’hui en Suisse.

Au delà de cette agitation, un rapport accablant a été publié. Sur le témoignage d’un geôlier repenti, les actes de tortures opérés par le régime ont été recensés (http://fr.scribd.com/doc/200984823/Syria-Report-Execution-Tort).

Rappel

  • Le conflit a débuté en mars 2011
  • La première conférence s’est déroulée en juin 2012.
  • La conférence Genève II est à l’initiative des Etats-Unis (soutien de l’opposition) et de la Russie (allié du régime).
Bachar Al-Assad lors d'une interview donnée à la chaîne américaine Fox News à Damas le 18 septembre 2013. REUTERS/SANA

Bachar Al-Assad lors d’une interview donnée à la chaîne américaine Fox News à Damas le 18 septembre 2013. REUTERS/SANA

Publicités